Tin Hinan

Tin Hinan serait la mère fondatrice du peuple touareg. Il s'agit d'une femme de légende que l'on connait aujourd'hui à travers la tradition orale touarègue qui la décrit comme « une femme irrésistiblement belle, grande, au visage sans défaut, au teint clair, aux yeux immenses et ardents, au nez fin, l’ensemble évoquant à la fois la beauté et l’autorité ». Son nom veut dire en tamachek, "la maîtresse des tentes".

Originaire de la tribu des berabers du Maroc, elle serait venue dans le Hoggar en compagnie de sa servante Takamat. Tandis que les descendants de Tin Hinan seraient aujourd'hui les tribus touarègues nobles, ceux de Takamat formeraient les tribus vassales.

En 1918, Pierre Benoît, dans son roman L'Atlantide, raconte l'histoire d'Antinéa. Il s'agit en fait de Tin Hinan dont il a modifié le nom.

En 1925, à Abalessa, dans le Hoggar, des archéologues découvre la tombe d'une femme. Ils y trouvent outre un squelette bien conservé, des pièces de monnaie à l'effigie de l'empereur romain Constantin, des bijoux en or et en argent, ainsi qu'un mobilier funéraire. La tombe, qui date du IVème, est attribuée à Tin-Hinan et est aujourd'hui une attraction touristique. Le corps, quant à lui, est conservé au musée du Bardo à Alger.

Sources: Wikipedia