Tahadart

A quelques centaines de mètres de l'océan, et sur la rive droite du fleuve de Tahadart, se trouvent les vestiges de ix usines de salaison d'époque romaine. Le matériel archéologique recueilli par M. Ponsich, au cours de ses prospections dans la zone, consiste en "fragments d'amphores puniques et de céramiques ibériques peintes, il permet de remonter l'occupation du site jusqu'au Vè-IVè siècle av. J-C".

Parmi le mobilier céramique provenant de Tahadart, nous avons étudié au cours d'une enquête dans les réserves du musée de la Kasbah à Tanger, un ensemble de matériel constitué de céramiques campaniennes, de céramiques peintes et d'amphores. Parmi les fragments d'amphores étudiés nous avons repéré une amphore phénicienne de type globulaire. Le col est formé d'une simple lèvre à tendance verticale.

Les exemples les plus anciens de ces amphores sont datés du VIIIè siècle av. J-C. Leur circulation en occident méditerranéen est datée du VIIè-VIè siècle av. J-C. Cependant la circulation de ces amphores semble avoir perduré jusqu'au IIè siècle av. J-C.

Au Maroc, ce type d'amphore est attesté à Lixus et à Mogador, et, probablement, à Tahadart. A Mogador, ce type d'amphore se retrouve dans les strates inférieures datan du VIIè siècle av. J-C.