From Wikimazigh

Encyclo: Rif du XVIIe Au XIXe Siècles

Les Erifis


Fondateur de la dynastie des pachas Erifis, Abdellah er-Riffi fut d'abord chef des troupes de combattants amazighes Rifains,devient grand gouverneur du nord des villes maritimes d'Azila, Tanger, Tétouan, Ksar El-Kébir etc.., après sa reconquête (du 30 avril 1681),

LES PACHAS BATISSEURS

Les pachas Riffi furent les grands bâtisseurs des villes du nord , leurs nombreux édifices constituent des innovations architectural dans l'histoire du Maroc, exemple le grand palais de Kasbah à Tanger en 1737 par le pacha Ali Riffi, celui de Tétouan, devenus des musées de ces villes respectives, la grande mosquée de Tanger, (A Tanger, Bordj Dar al- Baroud, Bordj N'âam, Bordj Amer, Bordj Dar Dbagh, Bordj al- Salam Bordj al- Hajoui), des portes (Bab Kasba, Bab Marshan, Bab el- Bhar, Bab el- Assa, Bab Haha Amrah, Bab Eraha, Bab al-Marsa, Bab Tourquia, des mosquées et oratoires (la Grande mosquée, Jamaa Jdid, Jamaa al-Kasba), des bains publics, fondouks exemple fondouk Siaghine,…), des fontaines, des palais et demeures (palais de Kasba, palais du gouverneur anglais -actuelle Dar Vidal-), les mosquées des palais de Tanger en passant par Chaouen et différents édifices (Foundouk al-Lebbadi , Fontaine Bab al-Okla A Tétouan, etc..) beaucoup d'autres équipements publics (souks, fontaines, prisons, demeures, Mechouars, hammams,etc. ), dans tout le nord.

Exemple un des pachas Erifi Ahmad "Ahmed ar-Riffi fut un grand bâtisseur, préoccupé d'architecture et rivalisant, à un degré moindre certes avec la manie de construction que manifestait le Sultan Alaouite Moulay Ismail à Mekhnès. Il fit construire non un palais à Tétouan et un à Kitan, vallon hors de la ville, mais aussi une mosquée à Tétouan et une autre a Tanger et différents palais tant à Tanger qu'à Chaouen et aux abord de Ceuta. Ahmed développa l'espace proche du palais Naqsis pour édifier sa propre demeure que l'on suppose avoir été élevée sur l'emplacement des jardins du palais Naqsis. Le nouveau bâtiment, connu sous le nom de Mashwar, fut encore utilisé par les derniers gouverneurs au XIXe siècle, puis fut la résistance des khalifats Moulay al-Hassan durant le Protectorat espagnol.

Le palais Mashwar d'Ahmed ar-Riffi fut fortement remanié dans les années 1920 et 1930, mais quelques-uns des aspects originaux, peuvent etre reconstittués à partir des descriptions de l'époque et des anciennes photographies. Le Mashwar était constitué d'une grande cour principale utilisée pour les réceptions, d'un oratoire, des cuisines et de salles de service, de bains, ainsi que de vastes jardins probablement situés à l'endroit ou se dressa plus tard le Haut Commissariat espagnol".

Récupéré sur http://www.wikimazigh.com/wiki/Encyclopedie-Amazighe/Encyclo/RifDuXVIIeAuXIXeSiecles
Page mise à jour le 20 mai 2008 à 10h55