Rif du XVIIe Au XIXe Siècles

Les Erifis


Fondateur de la dynastie des pachas Erifis, Abdellah er-Riffi fut d'abord chef des troupes de combattants amazighes Rifains,devient grand gouverneur du nord des villes maritimes d'Azila, Tanger, Tétouan, Ksar El-Kébir etc.., après sa reconquête (du 30 avril 1681),

  • 1681 Ali ben Abdallah er-Riffi succéde à Abdellah er-Riffi mort de maladie, dés 1681-1682 comme vice-roi allant de Sebou au Rif,
  • 1681 Liberation de la Mamora Ksar EL-Kébir.
  • 1682 Les Rifains arrive à vaincre les anglais et récupèrent Tanger.
  • 1684 Victoire à Tanger de l'armée Rifaine sur les Anglais, qui libére le nord colonisé par les Anglais, récompensé par le Sultan Moulay Ismail en légation de gouvernance. Le Pacha Riffi s'attacha, à renforcer et construire les remparts de la ville détruite par les anglais. Les hollandais livrèrent les matériaux nécessaires et ainsi, la ville devint dans la correspondance officielle de l'époque "Tanger la bien gardée".

LES PACHAS BATISSEURS

Les pachas Riffi furent les grands bâtisseurs des villes du nord , leurs nombreux édifices constituent des innovations architectural dans l'histoire du Maroc, exemple le grand palais de Kasbah à Tanger en 1737 par le pacha Ali Riffi, celui de Tétouan, devenus des musées de ces villes respectives, la grande mosquée de Tanger, (A Tanger, Bordj Dar al- Baroud, Bordj N'âam, Bordj Amer, Bordj Dar Dbagh, Bordj al- Salam Bordj al- Hajoui), des portes (Bab Kasba, Bab Marshan, Bab el- Bhar, Bab el- Assa, Bab Haha Amrah, Bab Eraha, Bab al-Marsa, Bab Tourquia, des mosquées et oratoires (la Grande mosquée, Jamaa Jdid, Jamaa al-Kasba), des bains publics, fondouks exemple fondouk Siaghine,…), des fontaines, des palais et demeures (palais de Kasba, palais du gouverneur anglais -actuelle Dar Vidal-), les mosquées des palais de Tanger en passant par Chaouen et différents édifices (Foundouk al-Lebbadi , Fontaine Bab al-Okla A Tétouan, etc..) beaucoup d'autres équipements publics (souks, fontaines, prisons, demeures, Mechouars, hammams,etc. ), dans tout le nord.

Exemple un des pachas Erifi Ahmad "Ahmed ar-Riffi fut un grand bâtisseur, préoccupé d'architecture et rivalisant, à un degré moindre certes avec la manie de construction que manifestait le Sultan Alaouite Moulay Ismail à Mekhnès. Il fit construire non un palais à Tétouan et un à Kitan, vallon hors de la ville, mais aussi une mosquée à Tétouan et une autre a Tanger et différents palais tant à Tanger qu'à Chaouen et aux abord de Ceuta. Ahmed développa l'espace proche du palais Naqsis pour édifier sa propre demeure que l'on suppose avoir été élevée sur l'emplacement des jardins du palais Naqsis. Le nouveau bâtiment, connu sous le nom de Mashwar, fut encore utilisé par les derniers gouverneurs au XIXe siècle, puis fut la résistance des khalifats Moulay al-Hassan durant le Protectorat espagnol.

Le palais Mashwar d'Ahmed ar-Riffi fut fortement remanié dans les années 1920 et 1930, mais quelques-uns des aspects originaux, peuvent etre reconstittués à partir des descriptions de l'époque et des anciennes photographies. Le Mashwar était constitué d'une grande cour principale utilisée pour les réceptions, d'un oratoire, des cuisines et de salles de service, de bains, ainsi que de vastes jardins probablement situés à l'endroit ou se dressa plus tard le Haut Commissariat espagnol".

  • 1681-1740 fortifications de la ville de Tétouan par les gouvernants des Riffi.
  • 1689 Libération de Larache, Ceuta assiégée pendant plus de 30 ans.
  • 1694 débuts et redéploiement du grand siège de Ceuta par l'armée Rifaine.
  • 1701 le pacha Ali ibn Abdallah E-Riffi demande la révocation d'Estelle.
  • 1713 Mort de Ali ibn Ali ar-Riffi.
  • 1720 constructions de la tour de Martil par le pacha Ahmed ibn Ali ar-Riffi.
  • 1727 Abondons du siège de Ceuta.
  • 1720-1730 constructions de zaouïa à Tétouan le pacha Ahmed dans les années.
  • 1734 Ahmed er-Riffi revient à Tétouan, avec une armée de Rifains; il prit sa revanche sur le pouvoir du chef andalou Luqash, en l’envoyant en exil à Taroudant. Le pacha Ahmed er-Riffi reconstruisit son palais de Tétouan et continua détendre son pouvoir dans le nord du Maroc, incluant dans son fief Tanger et Larache, Chaouen, Ouezzane et Ksar El-Kébir, il fut le maître du nord, avec une indépendance de fait, il envisagea même de s'emparer de Fès, mais il fut tué dans une bataille contre le sultan Moulay Abdallah en 1743." sa mort marque la fin de l'age d'or et l'indépendance de la région.
  • 1740 le palais du Sultan destiné à Moulay al-Moustadi construit par le pacha Ahmad Erifi.
  • 1742, Pour une question d'héritier légitime du Sultan Moulay Ismail et une guerre d'héritage des descendants Alaouites, le sultan Moulay Abdallah qui avait pris l’ascendant sur l’héritier et face à sa faiblesse vis-à-vis de la colonisation poussa les Rifains à défier le Sultan, à la bataille d’Al-Minzah, le Sultan réussit à défaire l’armée Rifaine aux portes de Ksar El-Kébir , où se réunissaient leurs troupes pour marché contre Fès capitale Alaouite, leur gouverneur le Pacha Ahmed Rifi trouva la mort lors de cette bataille.
  • 1766, le Sultan Mohamed Ben Abdallah mena des expéditions militaires pour imposer des impôts, il dirigea une expédition contre le Rif qu’il razzia.
  • 1802, 1810, 1812, Moulay Soliman fait plusieurs expéditions dans le Rif pour y faire rentrer les impôts, notamment pour empêcher les tribus rifaines d'établir des relations commerciales avec les Européens.
  • 1811-1813 nouvelles révoltes contre le Sultan Moulay Soliman.
  • 1820-1822 révoltes à Tétouan.
  • 1830 immigrations algériennes à Fès et Tétouan.
  • 1840 La France bombarde Tanger et Salé, pour exercer des pressions sur le Makhzen afin qu'il ne déclarât pas le Jihad demandé par Abdelkader qui s'était réfugié dans sa tribu d'origine à savoir les Branès de Taza. Abdelkader la figure éminente de la résistance à la pénétration française est d'origine marocaine
  • 1844 défaites écrasantes des Alaouites à la bataille d’Isly, les français prennent Tanger et démantèlent les fortifications reconstruites par le Pacha Rifi.
  • 1845 massacres dans le Rif par l’armée de sultan Abderahman pour avoir refusé de livrer l'émir Abdelkader à la France.
  • 1852, agissant sans doute en représailles, les Espagnols de Melilla s’emparent d’un navire marchand appartenant à des Geulayas.
  • 1860- La "guerre de Tétouan" éclate, au cours du conflit des contingents importants de guerriers Rifains arrivent aux abords de Ceuta et y infligent des coups sévères à l'armée Espagnol, tandis que d'autres contingents assumaient la charge du front de Melilla (cette année-là, ils avaient justement, comme leur aïeux, depuis trois siècles, maintenu l'Espagnol bloqué derrière ses murs à Melilla), leur succès à conduit Mohammed El-Khatib, ministre du sultan, en rapportant ces faits, à suggérer au sultan de lever toute une armée rifaine, ce ne fut pas le cas par crainte probablement d'un pouvoir grandissant des Rifains comme ce fut le cas au 17éme siècle, les espagnols s'emparaient finalement de Tétouan.
  • 1864 expéditions punitives contre la population d'Al-Hoceima à la requête des Espagnols pour piraterie.
  • 1871, le sultan envoie une armée à Melilla pour les Guel'ia en guerre avec les colonisateurs Espagnols
  • 1880, révolte rifaine.