Personnages Maknassa

Les individualités historiques originaires de la Tribu Maknassa.


Ibn Khaldoun rapporte qu’au cours de la première invasion d’Espagne par les armées de Tarik l’essentiel des soldats était constitué par les Maknassa. Très tôt les Maknassa devinrent fort nombreux par suite de la circulation maritime entre la côte de Mellilia et l’Espagne. Devenus très nombreux et puissants militairement ils exercèrent une grande influence sur les événements politiques.

Ayant une grande spiritualité politique les Maknassa ont vite instrumentalisé les voies et moyens islamiques pour conquérir le pouvoir politique. Une des plus grandes figures politiques de Maknassa fut Chakya Ben Abdelwahad qui se présenta comme un Mahdi Almountadar en l’an 768 et se faisait appeler Al Fatimi c’est à dire un descendant de la fille du prophète Fatima et du quatrième Calife Ali. Il est le premier amazighe à avoir inventé de toutes pièces une généalogie le faisant remonter à Ali et Fatima par Al Husayn, le martyr shiite de Kerbala. Il inaugura donc une tradition de la fausse généalogie qui va dominer les jeux politiques en Afrique du Nord jusqu’aujourd’hui, puisque certains continuent de se croire descendre d’une lignée chérifienne sans avoir de preuve sauf la foi en une généalogie bricolée par nos ancêtres les Imazighen.

Chakya ben Abdelwahad se faisait appeler Abdallah ben Mohammed Alfatimi et s’autoproclama Mahdi dans la ville Sainte Marie. Depuis cette ville il somma tous les musulmans de reconnaître son autorité politique et pour denier au fuyard omeyyade Abderrahman Ad-Dakhil de devenir Emir de l’Andalousie. Durant neuf ans les deux protagonistes n’arrivèrent pas à emporter l’un sur l’autre une victoire décisive. Cependant la puissance militaire du mahdi égalait celle de l’omeyade, ce dernier recourut à la ruse et le Mahdi fut assassiné par deux de ses proches officiers qui étaient de la tribu des Maknassa en l’an 777 selon la chronique d’Alnuwayri. Le pouvoir arabo-musulman après avoir essuyé des défaites sanglante face aux Imazighen ne recourut plus à l’affrontement militaire direct mais préféra la ruse, l’agitation et l’opposition des imazighen entre eux.

Une autre grande figure des Maknassa est représenter par celle de Massala ben Habbus ben Manazel qui se distingua comme partisan fidèle de la dynastie Fatimide. Il devint même un des principaux généraux du khalife Fatimide Ubayd Allah. C’est alors qu’il obtint le gouvernement de Tiherte (Tahert, Algérie) qu’il usa comme base pour soumettre le Maroc et les villes de Sidjilmassa et de Fès. Il se battit et défit ses propres cousins Maknassa de Sidjilmassa et de Tsoul. Ceci montre que les actes des grandes figures Maknassa n’étaient pas inspirés par une spiritualité politique où l’ethnicité figurait en bonne place. A sa mort le commandement de Tiherte passa à son frère Isliten ben Habbus. Hamid ou Humayd fils du successeur d’Isliten changea d’allégeance en abandonnant le parti Fatimide et en optant pour l’autorité du prince omeyyade Abderrahman Annasser de l’Andalousie. Il gouverna Tlemcen au nom du même prince avant de passer en Andalousie pour s’occuper des charges importantes sous Annasser et Al Hakam fils d’Annasser. Après sa mort son fils Isel ben Hamid et sa descendance jouirent des mêmes privilèges et de la même bienveillance des Omeyyades. Almudaffer fils du Vizir Almansour Ben Abi Amer étant passé en Afrique du Nord donna à Isel Ben Hamid le gouvernement de Sidjilmassa. C’était donc dans la tradition arabo-musulmane d’opposer un amazighe à un autre puisque Sidjilmassa était entièrement Maknassa.

Wikimazigh

Voir aussi


Banu Al Afya