Ibn-Khaldoun

Ou Ibn Khaldun (Abd Al-Rahman) né à Tunis en 1332 et mort au Caire en 1406. Historien et philosophe amazigh d'expression arabe. Il avait vécu à l'époque de la dynastie amazighe Mérinide. Son œuvre principale, une Histoire Universelle, fut précédée de Prolégomènes, qui jetèrent les base d'une approche méthodologique de l'histoire et des sociétés humaines.

Ses Origines amazigh


Les historiens modernes ce sont posé la question au sujet de l'honneur et la place accordé aux Amazighs (Berbères) par un grand auteur qui ce disait Hadrami (de Hadramute au Yémen). La réponse nous ai apporté par l'histoire familiale de Ibn Khaldoun. Un de ses ancêtres dénommé Kuraib ibn Uthman Ibn Khaldoun était un chef militaire impliqué dans les conflits entre berbères et arabes en Espagne, exactement en l'an 896. Cet ancêtre s'était rangé dans le camp des Branès qui s'opposaient au clan arabo-berbere Mudarite et Botr. Sa famille sans doute défaite s'était repliée et généralement dans ces conflits médiévaux on revenait sur la terre de ses ancêtres à savoir l'Afrique du Nord, du côté de Ceuta.

Une série d'auteurs médievalistes ont montré que la guerre des généalogies connu au Maroc a commencé en Espagne et ce furent les tribus amazighes qui se faisaient une généalogie arabe fondée sur la lignée du WALA. A ce prétentions fallacieuses des Amazighes répondaient les descendants des Arabes par d'autres généalogies qui les excluaient. Avec la défaite des musulmans et le retour en Afrique du Nord des Expulsés, surtout beaucoup d'Amazighes qui se prenaient pour des Arabes ont continué à le faire pour le prestige sociale qu'ils en tiraient.

La tentative d'Ibn Khaldoun d'ordonner les Amazighes en généalogies bien distinctes en donnant la prééminence à ça tribu des Branès montre que l'auteur en faisait partie. Et il est un amazighe. Ibn Khaldoun a été marquée par l'opposition des Masmouda Hafsides( Branès) aux Mérinides Botr (Zénètes) et comme son ancêtre il a préféré se ranger du côté des Branès contre les Zénètes.

Biograhpie


Sa famille, s'était fixé d'abord à Séville où elle avait occupé une importante situation, puis elle était venue s'établir à Tunis auprès des princes Amazighs Hafsides qui lui prodiguèrent des marques de leur bienveillance et lui confièrent de hauts emplois.

Il avait eu une existence tourmentée dans laquelle il passa la plus grande partie de son existence, allant de Tunis à Fez, de Fèz en Espagne, d'Espagne à Bougie, puis à Tlemcen, tantôt ambassadeur ou premier ministre, tantôt disgracié et jeté en prison. Il avait arrêté sa vie politique à l'âge de 42 ans (1374) et se mit fiévreusement à écrire pour la postérité les raisons profondes, qui se sont peu à peu imposées à son esprit, de ce phénomène de décadence dynastique qu'il compara à la croissance et à la vieillesse de l'être humain. Il était persuadé d'assister au début du déclin du Nord de l'Afrique. Sa célèbre Moqaddima (introduction) à l'histoire du Maghreb, qu'il écrira par la suite, est une véritable analyse spectrale d'un pays qu'il connaît parfaitement pour l'avoir parcouru en tous sens et parfois gouverné. Texte remarquable par la recherche des causes et des effets, qui donne à son auteur la gloire d'avoir précédé de plusieurs siècles Descartes, Montesquieu, Michelet, et même Marx, et d'être redevenu aujourd'hui un moderne. Ibn Khaldoun a du reste conscience d'avoir découvert une science nouvelle, celle de l'évolution des sociétés, que l'on appellera plus tard sociologie.

Wikimazigh

Sources: amazighworld.com

Categories: Moyen-Âge