From Wikimazigh

Encyclo: HistoireDunAveugle

Il rencontra un homme et sa femme sur un chemin. Ils allaient chez les frères de la femme. La femme dit à son mari:

—Par Dieu, mon frère, descends, que cet aveugle monte jusqu’à ce qu’il arrive à la ville.

Le mari lui dit:

-Non ma fille, laisse nous sans aveugle.

Elle lui dit: « Vois en lui seulement le visage de Dieu. »

Le mari l’écouta. Il descendit, il fit monter l’aveugle. Ils suivirent la montée jusqu’à ce qu’ils arrivèrent aux lieux habités. L’homme dit à cet aveugle.

« Descends. »

— Pourquoi descendrais-je?

— Voici que tu es arrivé à la ville.

— Est-ce que, parce que je suis à ta ville, tu veux m’enlever ma famille?

Cet homme dit:

— Il n'y a de force qu’en Dieu. L’aveugle-nous a joués.

L’aveugle dit :« La femme et la mule sont à moi.»

L’homme dit : « A moi elles sont. »

Les gens les conduisirent chez le cadi.

Le cadi leur dit : « Que vous est-il arrivé? »

L’homme lui dit.

— Nous arrivâmes au chemin, nous trouvâmes l’aveugle qui (allait en) tâtant les pierres. Ma femme me dit par Dieu, descends, que cet aveugle monte, jusqu’aux maisons. Je lui dis: Non, laisse-nous; que voulons-nous (faire) de l’aveugle? Elle me dit: Vois en lui l’image de Dieu. Fatigué, je l’écoutai. Je descendis, l’aveugle monta, jusqu’à ce que nous arrivâmes ici. Je lui dis descends, il ne voulut pas descendre. Il veut prendre ma femme par force.

Le cadi dit à l’aveugle « Que dis-tu, toi? » il lui dit: « Seigneur, la femme est à moi, la mule est à moi; nous rencontrâmes cet homme-ci sur la route; il me fait perdre ma femme.

La femme lui dit:

-C’est sous la sauvegarde de Dieu que j'étais avec toi. L’aveugle lui dis : Tu en as trouvé un qui a des yeux; tu ne veux plus de l’aveugle.

Le cadi leur dit : «C’est bien. ».

Il les envoya dans des petites chambres, chacun dans une chambre. Ils y furent jusque dans la nuit, on les surveilla.

L'aveugle disait à part soi « Si je n’emporte pas la femme, j'emporterai la mule.

On épia la femme, elle disait «Il n’y a de force et puissance qu’en Dieu. C’est moi qui ai causé cela à mon mari. »

On épia l’homme. Il disait : « Je l’avais dit à ma femme. »

Quand vint le matin, on prit l’aveugle, on le mit en prison, on lâcha la femme et son mari.

Voilà ce qui se passa.

FIN

Voir aussi page principale des contes Chleuhs:


Thème Associé:


Voir aussi thème lié:


Récupéré sur http://www.wikimazigh.com/wiki/Encyclopedie-Amazighe/Encyclo/HistoireDunAveugle
Page mise à jour le 02 mai 2008 à 15h04