Goumiers marocains pendant la guerre du Rif

La paix en Europe permet à la France de renforcer ses effectifs au Maroc. Mais les troubles ne s’arrêtent pas pour autant, surtout dans le Moyen Atlas et de nombreuses opérations sont menées entre 1920 et 1924 contre les tribus montagnardes qui faisaient des incursions ou razzias dans les plaines.

A partir de 1920, l’organisation des goums est modifiée sensiblement. De nouveaux goums sont créés, portant leur nombre à 28.au moment où se déclenche la guerre du Rif. Une plus forte décentralisation est adoptée pour la vie de chaque goum, son encadrement en sous-officiers qui devient davantage marocain, son recrutement, sa discipline et son instruction. Chaque goum est également renforcé d’armes collectives (fusils mitrailleurs puis mitrailleuses) Mais la personnalité initiale des goums est renforcée avec son commandement aux mains des officiers du Service des Renseignements et, sur le plan administratif, son rattachement au Chef de Corps délégué aux Goums Mixtes Marocains (GMM)

En 1924, enhardi par ses succès sur l’armée espagnole, Abdelkrim ambitionne de conquérir le Maroc en essayant dans un premier temps d’occuper la région de Fez. C’est le début de la guerre du Rif qui va durer deux ans jusqu’à la reddition d’Abdelkrim le 25 mai 1926.

Au cours de cette longue campagne, plusieurs goums sont engagés dans des conditions difficiles dans les régions montagneuses de la chaîne du Rif, notamment les 8e, 9e, 17e, 25e goums, au cours d’opérations que le Maréchal Lyautey, revenu résident général au Maroc après ses responsabilités de Ministre de la Guerre (décembre 1916-avril 1917), suit personnellement jusqu’à son éviction (septembre 1925)

Note: La grande majorité des Goumiers venaient du pays des Doukkala et du Souss en particulier.