Fantasia Et Chevalerie

Fantasia et chevalerie

Amsirar d Tanacha

Le thème de la fantasia nous oblige à traiter et à analyser la relation éternelle et historique qui existe entre l’Homme et le cheval. Cette relation intime qui caractérise l’existence de l’Homme Amazigh au Nord de l’Afrique à tel point que le cheval Amazigh « Braber » est devenu très cher et précieux chez nous et ailleurs surtout en Italie qui avait des relations politiques, économiques et culturelles avec les amazighes (Numides et Maurétaniens). Il paraît difficile de comprendre la co-existence, la passion et le grand amour qui unit l’être Amazigh à son cheval si nous ne faisons pas un aperçu historique, anthropologique, socioéconomique et socioculturel sur quelques périodes ou époques de la résistance des Amazighs contre les envahisseurs et les conquérants. En effet, il faut relire et rappeler l’histoire de Massinissa dans sa guerre contre les Carthaginois, de son petits fils Jugurtha contre les Romains, de Takfarinas, de Dihya, d’Aksal et d’autres leaders de la résistance Amazighe au fil des temps.

Le cheval était le bras droit de l’Homme amazigh dans toutes les circonstances; dans la guerre et la paix, pour le meilleur et pour le pire, dans la joie et le malheur, jusqu’au point où on considère et on compte le cheval comme un être humain.

‘’’La fantasia’’’


La fantasia est un tout réactionnel en ébullition, en mouvement et en échange. C’est une occasion où les passions se déchaînent et c’est aussi un carrefour de plusieurs arts et disciplines notamment le sport d’équitation, la musique, Ahidous, la danse, la poésie, les concours, le commerce, les relations sociales, l'agriculture...

Les gens s’attachent aussi aux chevaux car ils croient qu’ils symbolisent la bienfaisance, la grâce divine et la bénédiction « La Baraka ». Mais nous ne pouvons pas écarter le côté de prestige et le divertissement qu’en puisent certains cavaliers.

A une certaine période, La fantasia a subi le risque d’extinction du domaine socioculturel par aliénation et humiliation de ce patrimoine, mais nous avons prompt à faire renaître cette culture ancestrale. Les jeunes ont remplacé leurs parents en créant des associations, en multipliant le nombre de chevaux ou de troupe par tribu et en organisant à tour de rôle des festivals à caractère équestre.

Y a-t-il quelqu'un parmi nous qui peut renier la grande sensation réjouissante d’arrogance ou d’orgueil et le sentiment de gaieté, de masculinité et de féminité lorsqu’on monte à dos de son cheval ? Qui parmi nous ne trouve pas de différence entre la monture du cheval et des autres équidés (mulet, âne…) du point de vue de la douceur et du prestige ? C’est vrai chaque bête a son rôle et sa spécificité ou le domaine son utilisation mais le cheval « Equus Caballus » séduit et attire un grand public quelque soit l’âge donc petits et grands, et quelque soit le sexe.

La fantasia est une manifestation dans laquelle, le cheval devient l’axe ou le noyau d’un grand espace animé et à côté de son maître qui essaie d’affirmer sa maturation sociale à travers sa position de monter sur la selle, de composer un poème notamment « Tamawayt » interrompue par des youyous des femmes.

Certes, l'on ne doit pas réduire le cheval au fait de monter sur son dos pour le dresser, l’entraîner et le dompter, et à entendre des tirs de fusils qui doivent être synchronisées en faisant exploser la poudre, et suivre du regard les cercles ou boucles de fumée noirâtres voir même grisâtres, qui montent dans l’air. Il 'agit d' un système d’activités d’impacts: socioéconomique, socioculturel comme nous venons de citer au début. C’est un sport, une discipline accompagnée de mœurs qui invitent la poésie et l’art, le commerce (achat et vente) etc..à s'exprimer autour de lui.

Autour du cheval


Lexique en tamazight


Amsirar, amnay, ayis, iysan, tariyt (tarikt, taricht), taqqayt, iguiri, agwrram, tagouri, assuffgh, asays, algamou, asdiqqs, asskltr, amghar, a'lam

‘’’Proverbe’’’


Illa Rebbi a Tariyt, idda uhêdadi gher Suq

‘’’Poésie chantée:’’’


Imayd yiwin war afud ad-isgh Ayis / Ira uyis tisrfin n temzîn d Ufinar n walim

‘’’Chansonnette’’’


A ayis a yawras, awac inin adic issara l3wari

!Culture