From Wikimazigh

Encyclo: Djerba

L'Amazigh de Djerba


Cinq ou six des villages de Djerba sont traditionnellement donnés comme totalement ou partiellement amazighorophones : Adjim, Guellala, Sedouikech, Elmaï, Mahboubin, Sedghiane, selon A. Basset (1952 : 3). A Djerba, comme dans toute la Tunisie, la situation sociolinguistique est très défavorable à l'amazigh : les travaux les plus récents (notamment Penchoen 1968/1983) indiquent une sensible régression de la pratique de l'amazigh au profit de l’arabe. Actuellement, seul Guellala semble rester entièrement amzighorophone alors que tous les autres villages auraient connu un net recul de l'amazighe, qui serait, dans plusieurs d’entre eux (Adjim, Elmaï, notamment. Cf. Penchoen 1983 : 24) en voie de disparition. On manque cependant d’enquêtes sociolinguistiques systématiques et précises et une certaine prudence s’impose en la matière.

La documentation sur l'amazighe de Djerba, là encore, est extrêmement pauvre et ancienne. La seule source récente de quelque ampleur sont les deux articles de R. Collins (1982), consacrés au syntagme verbal dans les différents parlers tunisiens. On trouvera également une présentation rapide des principales caractéristiques linguistiques dans la synthèse de Boukous (1988). Cette situation est d’autant plus regrettable qu’il semble bien que, sur de nombreux points (système vocalique et accentuel notamment), les parlers de Djerba présentent des spécificités fortes (Vycichl 1984, Brugnatelli 1986).

Au point de vue linguistique comme en matière sociolinguistique, il serait donc urgent de procéder à Djerba (et dans toute la Tunisie) à des enquêtes de terrain approfondies avant que l'amazighe ne sorte complètement de l’usage.

Bibliographie

S. CHAKER

Source Initiales: Encyclopédie berbère, fascicule XVI, 1995 : p. 2459-2460.

Récupéré sur http://www.wikimazigh.com/wiki/Encyclopedie-Amazighe/Encyclo/Djerba
Page mise à jour le 05 décembre 2007 à 15h19