Céramique

La céramique amazighe


L’un des éléments qui montrent l’unité de l’Afrique du Nord et son amazighité est la poterie. En effet, cet art qui fait partie des richesses de Tamazgha, se retrouve sur tout le territoire amazighequi va de Siwa aux Iles Canaries. L'art de céramique et de poterie est enraciné dans les traditions locales des amazighes. En effet, on attribue aux amazighes depuis l'antiquité l'utilisaton des réservoirs de terre cuite comme les jarres pour stocker et préserver les récoltes de blé, de lentille, de datte et de huile d'olive. Des lampes à l'huile et des petites figurines à base d'argile ont été utilisées dans les cérémonies de mariages pour porter bonheur et éloigner les mauvaises esprits .Ces mêmes articles trouvés lors des fouilles des cercueils préhistoriques confirment l'originalité de cet art.

  • .Influences extérieures:

En plus de l'héritage amazighe commun à toute l'afrique du nord, la fabrication de poterie a connu plusieurs influences étrangères tout au long de son histoire.

On peut citer les influences phéniciennes caractérisées par des nouvelles formes comme les amphores pointus ou bien romaines connues surtout par une poterie décorée en relief.

Ces poteries ont pour caractère commun d’être faites à la main, par des femmes, d’être cuites en plein air, de servir aux usages domestiques locaux et d’être tantôt nues, tantôt peintes de dessins rectilinéaires.

Les décors


On distingue trois types de décor :

  • 1. Les poteries unies ont des formes frustes et sont essentiellement consacrées aux récipients à feu (brasero, plaque à griller...). Les surfaces sont raclées ou polies. Les teintes, obtenues par cuisson oxydante, varient du beige au brun plus ou moins rouge.
  • 2. Les poteries décorées après cuisson. Au sortir du feu, quelques tâches brunes de résine, d’une décoction d’écorce de pin ou de ”bitume” sont appliquées. Dans les régions du Nord de la Tunisie ou dans le Rif, au Maroc, ces décors prennent l’importance d’un véritable décor peint.
  • 3. Les poteries peintes, décorées avant cuisson. Ce type de poterie est célèbre en Afrique du Nord essentiellement grâce aux poteries kabyles. Néanmoins, on le retrouve dans tout le Maghreb, en particulier en Tunisie. La diversité des types régionaux laisse saisir quelques caractères communs : les matériaux utilisés, terres blanches, rouges et ocres, oxydes bruns ; le décor le plus souvent bicolore, construit selon le forme et les courbes de la poterie. Le décor peint est avant tout géométrique et rectilinéaire. Bandes, triangles et losanges, quadrillages et damiers en sont les figures principales. Le polissage et l’application d’un enduit sont importants surtout en Kabylie.
  • Commercialisation des poteries

Les femmes fabriquent ces poteries pour les besoins du ménage. Cela fait partie de leurs tâches domestiques. Jusqu’au milieu du XXème siècle, ce type de production était gé-néralisée en Kabylie, sur le littoral Setifien, dans l’Aurès, le Rif... Généralement, la fabrication se fait un fois par an. Elle a lieu à la fin du printemps et au début de l’été.

Sans cesser d’être familiale, la même poterie peut cependant être échangée ou vendue entre femmes à titre occasionnel ou de ma-nière plus régulière au bénéfice de femmes veuves ou pauvres. Les poteries sont proposées de maison en maison contre leur contenu en blé ou en semoule. Parfois, c’est tout un village qui est réputé pour ses potières habiles. Généralement, les transactions au delà du voisinage sont assurées par les hommes que ce soit sur les marchés ou par colportage.

Avec l'arrivé de l''islam on assiste à l'émergence des nouvelles formes et l'introduction des techniques des émaux et des glaçures. Des nouveaux motifs floraux apparaissent dans la céramique aghlabides. Quant à l'époque Fatimides la décoration se base sur des figures humaines et des scènes de faunes...

Voir aussi

Poterie des Tsoul

Categories: Art et Tradition