Calendrier amazigh2

Un peu d'Histoire :

Après la lecture des pages consacrées au calendrier julien et au calendrier grégorien, nous savons que la différence entre les deux est que les années séculaires (1600, 1700, 1800, 1900, 2000) sont bissextiles dans le calendrier julien (puisque divisibles par 4) alors qu'elles sont "normales" dans le calendrier grégorien sauf celles qui sont divisibles par 400, (1600 et 2000). Du fait de cette règle, il y a un jour de plus de décalage entre les deux calendriers tous les 128 ans et trois jours tous les 400 ans. Nous savons aussi que, pour corriger des retards sur lesquels nous ne reviendrons pas, la réforme grégorienne supprima 10 jours au calendrier julien en 1582 et fit passer du 4 octobre 1582 (mort du calendrier julien) au 15 octobre 1582 (naissance du calendrier grégorien). Mais pourquoi évoquer ces deux calendriers dans une page consacrée au calendrier amazigh(berbère) ? Tout simplement parce que la structure du calendrier berbère tient de celle de ces deux calendriers. Historiquement, cette structure tiendrait du calendrier julien qui s'est répandu au "Maghreb" durant la période romaine. Et, autant le dire tout de suite, le premier jour de l'année du calendrier berbère correspond actuellement au 12 janvier du calendrier grégorien. Il semblerait donc que le calendrier berbère soit un calendrier julien pur et dur. Sauf que le premier januarius du calendrier julien correspond actuellement (an 2004) au... 14 janvier 2004 du calendrier grégorien. Pourquoi cette différence de 2 jours ? Deux réponses entre lesquelles il est bien difficile de trancher : - La première est que le calendrier berbère est un calendrier julien natif. Ce qui veut dire que le début de l'année (par rapport au calendrier grégorien) change tous les 128 ans. Dans ce cas, il y a erreur quand à la concordance entre ce calendrier et le calendrier grégorien. La concordance actuelle est celle des années 1701 à 1800 du calendrier grégorien. Deux changements auraient donc été oubliés. - La seconde est que le calendrier berbère actuel est un calendrier grégorien (qui accepte la règle des 400 ans) qui n'aurait pas accepté, à un certain moment, le décalage initial de 10 jours. Dans ce cas, le début de l'année sera toujours le 12 janvier du calendrier grégorien. Pour connaître la réponse exacte, il suffirait de savoir si le calendrier berbère de 1900 comptait ou non 29 jours en février. Bien entendu, l'idéal serait de savoir quelles sont ses règles de construction.

Sheshnaq et le calendrier amazigh :

[...] Ainsi des pratiques et des rites considérés comme « païens », sont-ils, par la force des choses et leur antériorité, intégrés/assimilés par les nouvelles croyances, seules moyens pour elles de subsister/s’imposer. Donc, pour les Imazighen, le choix d’une date/repère pour fixer leur calendrier à partir d’un fait historique incontestable, ne déroge pas à la règle ! Ne se considérant ni Grecs, ni Romains pas plus qu’Hébreux ou Arabes, ils s’estimaient en droit, et de leur devoir, de se donner d’autres repères…C’est ce qui se produisit en 2930 (1980). Cette Époque correspond à l'an 950 av. J.-C. Elle serait l'année de l'accession au statut de Pharaon d'Égypte d'un Berbère qui fondera la XXII ème dynastie sous le nom de Chéchonq Ier. Cette consécration sera légitimée par le mariage de son fils, Osorkon, avec la fille de Psoussens II, la princesse Makare. Notons que les dates actuellement retenues pour le règne de Chéchonq Ier sont 945-924. Selon la cartouche de Chéchonq Ier, fondateur de la XXII ème dynastie, l'orthographe de son nom peut être aussi bien : Sheshonq, Sheshonk, Sheshanq, Seshanq, Chechonk, Chechanq, que Schoschenk. L'an 2004 du calendrier grégorien correspond donc à l'an 2954 du calendrier berbère.

Les mois du calendrier berbère : Ces noms sont les suivants dans les différents parlers d'Afrique du Nord :

MOISLATINKABYLE"MAROC" CENTRALCHLEUHTOUAREGARABE DIALECTAL*
JanvierJanuariusYannayer, NnayerEnnayerInnayerInnarYeneyar,Yannayar
FévrierFebruariusFurarFebrayerKhubrayerForarFrayer
MarsMartiusMeghresMarsMarsMarsMars
AvrilAprilisYebrir,BrirIbrilIbrirIbriAbril
MaiMaïusMayyu,MagguMayyuMayyuMayoMayyuh
JuinJuniusYunyu,YulyuYunyuYulyuYuniohYunyoh
JuilletJuliusYulyuzYulyuzYulyuzYulyezYulyuh
AoûtAugustusGhuchtGhuchtGhuchetGhuchtGhucht
SeptembreSeptemberChtemberChutanbirChutanbirChetemberChtember
OctobreOctoberTuber,KtoberKtuberKtuberTuberKtuber,Aktuber
NovembreNovemberNwamber,WamberEnnwamberEnnwamberWanberNunember
DécembreDecemberDjember,DudjemberDujambirDujambirDejamberDjanber
  • : L'arabe dialectal est celui qui se parle dans la vie courante. Il ne peut être écrit, sinon sous forme de codes libres. On l'oppose à l'arabe classique qui est la langue du Coran. Sa structure grammaticale est exatement celle du Tamazight (berbère) mais son vocabulaire s'inspire de diverses langues, outre l'arabe, comme le Portugais, l'Espagnol, le Français, l'Anglais etc. et historiquement du Franco (une langue latine parlée dans certaines villes comme Alger... )

Contenu du calendrier berbère :

Le "moule" étant construit, en l'occurrence c'est le calendrier julien, il ne nous reste plus qu'à en définir le contenu. La référence au calendrier julien s'arrête à la construction et à la dénomination des mois. Inutile d'y chercher des calendes, ides ou autres nonnes. Tout le contenu est de tradition purement berbère. Et cette tradition est orientée vers l'activité agricole. Le calendrier berbère est un calendrier traditionnellement agraire. Chaque groupe berbère va avoir sa propre répartition des activités agricoles même si on peut trouver des éléments communs. C'est ainsi que Marceau Gast peut parler d'un "calendrier de la faim" à propos de celui des Touaregs de l'Ahaggar. Le premier des éléments communs à chacun des calendriers des groupes Imazighen est la division de l'année en saisons :

SAISONNOMDÉBUT(Berbère)DÉBUT(Grégorien)
PrintempsTafsut14 furar28 février
EtéAwil ou Anebdu17 maggu29 mai
AutomneAmiwan18 Ghucht30 août
Hivertagerst17 novembre29 novembre

Chaque saison est elle-même divisée en parties différentes selon les activités des groupes et les caractéristiques du climat. Mais, à l'intérieur de ces sous-parties de l'année (ou parties de la saison), on peut encore trouver des éléments communs. C'est par exemple le cas pour l'hiver où on trouve deux grandes périodes nuits noires (au cœur de l'hiver) et nuits blanches (annonciatrices de la belle saison). De même on trouvera une opposition jours fastes/jours néfastes. Même si la période de ces jours n'est pas la même d'un groupe à l'autre, les croyances qui y sont attachées sont, elles, les mêmes : ne pas toucher aux instruments de labour, ne pas faire travailler les bêtes... bref, laisser reposer la terre. On comprend facilement que si le but de cette période est identique partout, la date de son début peut varier d'un lieu à l'autre. C'est bien le but d'un calendrier agraire. Autre caractéristique à noter, celle de l'existence de Tawurt n usegwass qui sont les portes de l'année. A l'instar des portes d'une maison qui laissent passer d'une pièce à l'autre, elles permettent de laisser passer la Terre des jours chauds aux jours humides, des jours humides aux jours froids et ainsi de suite. Ces portes marquent, bien entendu, le passage d'une saison à une autre. Deux mots sur le début de l'année : Le nouvel an (ixf u segwas ou anezwar u segwas) donne lieu, le soir, à Imensi u menzu n yennayer qui est le dîner du premier jour de janvier. Il est copieux, à base de couscous et de volailles. On dispose autour du plat commun les cuillères des absents. Il est bon, ce jour là, que les choses entreprises soient terminées. En guise de conclusion : Bien attachant(s), ce(s) calendrier(s) berbère(s) : on prend un calendrier existant, julien ou grégorien, qui ne dérive pas trop par rapport à l'année solaire et on y attache des activités de tous les jours, agricoles en plus grande partie. On est bien loin des calendriers religieux de tous types. En fin de compte, c'est le calendrier hopi amélioré quant à son fonctionnement. Nos amateurs de calendriers du jardin s'y retrouveront.

Première version de cet article par Amar NEGADI