Bijoux amazighs du sud-marocain

Caractéristiques


Le Filigrane fils de métal torsadés, aplatis et enroulés en de fins motifs ajourés; employé par les bijoutiers d'Essaouira et de Tiznit. La Nielle est une incrustation d'émail noir; fréquente dans les pièces anciennes, se perpétue sur le versant Sud de l'Anti-Atlas. Le Cloisonné, motifs en émail ou en pâte de verre de couleur, sertis de minces parois de métal; cette technique importée d'Andalousie s'est conservée dans le Souss.

Les bijoux citadins : Bijoux féminins


Ils sont généralement en or finement ciselé de motifs, floraux pour la plupart, très légèrement creusés; rehaussée de pierres précieuses souvent en cabochon (émeraudes, diamants, grenats, rubis très clairs dits de "Fès"), ils peuvent atteindre une grande magnificence.

  • Bijoux masculins

Les hommes préfèrent un métal plus simple que l'or, comme l'argent. Les bijoux ruraux: A la campagne, dans le Sud du maroc surtout, le goût pour la parure est très vif, et les bijoux berbères ont somptuosité incomparable. Les plus beaux sont en argent, d'autres sont en bronze; mais, si humble soit le métal, et malgré la profusion des breloques, ils gardent toujours une grande noblesse. Ils sont d'une exceptionnelle pureté de lignes, avec leurs dessins géométriques et parfois quelques motifs floraux. La verroterie et la cire de couleur y remplacent souvent les gemmes et l'émail.

  • Lieux de production au maroc

L'art du bijou d'argent s'est concentré dans le Souss : Tiznit, Inezgane,Taroudant sont connues pour leur souk des bijoutiers où sont vendues de belles pièces anciennes. On trouve à Guelmim des bijoux sahariens.

  • Les parures de fêtes, Fibules.

Bijoux emblématique de l'orfèvrerie d'argent amazighe, symbole féminin par excellence, la fibule, pour ne citer qu'elle, est l'expression quasi-parfaite de la préférence géométrique qui la caractérise et des principales techniques utilisées: rencontre de ligne droite et du cercle, centre immuablement rehaussé des mailles aux milles couleurs, gravure, filigrane, ciselage, son iconographie est si riche qu'on n'en oublierait sa fonction originelle: fixer les costumes féminins au devant des épaules. Portées par paires et reliées par une chaîne à laquelle sont suspendues des breloques à valeur protectrice.

Serdal, porté surtout dans le Moyen-Atlas, le serdal est un frontal fait de pièces de monnaie et de bâtons de corail, cousus sur un bandeau de laine ou de soie.

  • Bijoux "de poitrine".

Plaques d'or enchâssées de pierres, ou larges colliers en dégradés formés de rosaces assemblées par des boules en or

  • Le lebba, collier très ancien fait de longs pendants couvrant la poitrine, et le taj diadème composé de plaques décorées s'articulant sur des chaînettes ou des charnières, ou bien posées sur un bandeau enrichi de perles, parent l'épouse dans les grands mariages.

Voir aussi