Beraber

La population berbérophone du Maroc se trouve essentiellement dans les zones montagneuses qui ont servi de refuge. Elle se partage en deux blocs : le bloc rifain au nord et le bloc formé par les Berabers et les Chleuhs du Maroc central et méridional. De ce fait le domaine des Berabers englobe le Moyen Atlas, les parties centrale et orientale du Haut-Atlas et le mont Sargho et ses environs. Les dialectes des Berabers sont désignés par les Berbères eux-mêmes sous le terme de tamazight. Les différences entre ces grands blocs linguistiques, ainsi qu'à l'intérieur de chacun d'entre eux, sont graduelles et relativement faibles, bien qu'ici et là, l'histoire et les barrières géographiques aient contribué à créer des contrastes nets.

L'action, de toutes façons faible, de l'espace en tant que facteur de différenciation dialectale a été réduite par certaines caractéristiques du berbère. Les variations morphologiques, que ce soit dans l'utilisation des éléments formels, leurs positions ou les transformations dues à des changements phonétiques, ont contribué à la constitution de parlers, elles ont aussi provoqué des divergences, parfois surprenantes, entre les idiolectes de personnes proches parentes. André Basset alla plus loin en démontrant que les isoglosses du parler berbère ne convergent que trop rarement pour former de vraies frontières dialectales.

De récentes études ont clairement prouvé que la différenciation dialectale de la langue berbère n'est qu'un reflet des nombreuses variations géographiques. Aussi n'est-il pas surprenant que l'on ne soit pas parvenu à une classification détaillée des parlers berbères marocains. Dans ces conditions les idiomes des Berabers, sur un plan purement dialectologique, ne peuvent être considérés que comme un trait d'union entre le Chleuh du sud-ouest marocain, le Berbère rifain du nord marocain et le Berbère zenata d'Algérie. Les Chleuhs n'en conservent que des idiomes traditionnels du point de vue phonétique et morphologique, alors que le rifain révèle une série de décalages de phonèmes et que les idiomes zenata sortent du cadre en particulier à cause de modifications du schéma vocal.

E. Destaing est à l'origine de la répartition devenue classique des dialectes berabers en dialectes septentrionaux du Moyen Atlas, méridionaux du Haut Atlas et du mont Sargho (E. Destaing, 1920). Il s'appuie pour ce faire sur "quelques particularités" de la phonétique, du vocabulaire et de la morphologie. Des recherches récentes sur les dialectes des Aït Yafelman, des Aït 'Atta, des Aït Seddrat, des Aït Todghut et des Aït Dades, ont montré que ces parlers conformément à leur situation géographique occupent du point de vue phonétique et du point de vue de l'inventaire des morphèmes, une position intermédiaire entre le chleuh, au sud-ouest, et les autres parlers berabers au nord. Ainsi, dans ces parlers berabers du sud, les phonèmes /t/ et /d/ ne sont pas, contrairement aux autres parlers berabers, réalisés comme [t] et [d] mais, comme en chleuh, ou sous la forme [t] et [d]. Par contre, les phonèmes /k/ et /g/ sont la plupart du temps réalisés comme [k] et [g], comme chez les autres Berabers, dans la mesure où chez ceux-ci, [k] et [g] ne passent pas à [c] et [j], alors qu'en chleuh la spirantisation des phonèmes occlusif, est en général non attestée.

Pourtant, parmi les Berabers du sud, les Aït Todghut et les Aït Seddrat suivent l'usage chleuh. Comme premier exemple relatif à l'inventaire des morphèmes nous signalerons que le mot chleuh /tifiyi/ ( = viande) est aussi employé par une partie des Berabers du sud, cependant le mot /aksum/ est plus généralement employé chez les Berabers du sud qui se conforment ainsi à l'usage des autres Berabers. Notre deuxième exemple est l'utilisation, certes très rare, de la particule du futur chleuh /rad/ par des Berabers du sud originaires de différents lieux, preuve que le problème abordé ici de la diffusion de certaines particularités dialectales se pose aussi pour les morphèmes non libres.

A. Willms. Encyclopédie Berbère.X.

Categories: Linguistique | Tribus