Bataille de Fraga

La bataille de Fraga (1134) opposa les Almoravides aux Aragonais. Les troupes almoravides étaient sous le commandement de Tachfin Ben Ali. La bataille de Fraga, est le nom que l'on donne à l'une des victoires les plus éclatantes des Almoravides remportée le 17 juillet 1134 près de Fraga sur l'armée Aragonaise dirigée par Alphonse Ier le Batailleur, roi d’Aragon.

Contexte


Depuis la seconde moitié du XIe siècles, les rois d'Aragon et les comtes de Barcelone et d'Urgel essayaient avec obstination de conquérir les places fortes frontalières des marches supérieurs musulmanes, c'est à dire la plaine de l'Ebre, une région riche et très active qui donnait sur la méditerranée, dont les villes importantes étaient Saragosse, Huesca et Lérida. A cinquante kilomètres de cette ville, ce trouvait Fraga, capitale de l'Al Andalus orientale, la ville était entouré de nombreux villages où l'ont cultivait le safran.

Après plusieurs succès remportés sur les Almoravides, notamment la Bataille de Cutanda, le roi d'Aragon Alphonse Ier le Batailleur mena un long siège devant la localité aragonaise de Fraga, mais ses habitants résistèrent à ce siège et demandèrent l'aide des Almoravides qui vinrent et battirent les forces aragonaises. Alphonse Ier meurt peu après la bataille, le 7 septembre 1134, à la suite des blessures reçues. L'épisode de Fraga illustre parfaitement le déséquilibre des forces en présence qui s'affrontèrent au début de la Reconquista Chrétienne.

Déroulement de la bataille


En octobre 1134, Alphonse I, roi d'Aragon surnommé par les maures “Ibn Rudmir” o “al-Farandji- commença le siège de la localité aragonaise de Fraga, dans son armée on comptait plus de 12.000 cavaliers. La réponse au siège de Fraga ne se fit pas attendre, ses habitants résistèrent et demandèrent de l'aide aux émirs Almoravides, Tachfin Ben Ali celui de Cordoue fils du calife mobilisa une troupe de 2.000 hommes à cheval munis de toutes les vivres et l'équipement nécessaire pour mener une campagne longue en territoire lointain. De son coté, les émirs de Murcie et Valence armèrent 500 cavaliers et le gouverneur de Lérida ( Catalogne ) 200 cavaliers.

Une fois cette troupe de cavaliers Almoravides réunis, ils arrivèrent en vue de la localité assiégé dans l'intention de la secourir. Alphonse Ier, roi d'Aragon, conscient de sa supériorité numérique, sous-estima la force de la troupe Almoravides, aguerri, la raillant même : “Id a recibir el regalo que nos tren estos infieles”. (Recevons le présent que nous apportent ses infidèles).

Le gouverneur de Lérida, Ibn ‘Iyad, fut celui qui lança la charge. Les rangs de l’adversaire rompirent sous l'assaut et les Aragonais à partir de ce moment de la bataille se retrouvèrent dans une situation délicate. Malgré ce revers, toujours sûr de sa supériorité numérique, le roi d'Aragon se mis à la tête de ses troupes. Il se frotta à la cavalerie de l'émir de Murcie, Yahya ben Ghaniya, qui, en accord avec celles de Ibn ‘Iyad, taillèrent en pièce les Aragonais. Alors, les habitants de Fraga, en majorité musulmans, effectuèrent une sortie sur le campement des aragonais, les hommes tuaient et les femmes pillaient pouvait-on lire dans les récits de l'époque. Ainsi fait, ils s'emparèrent des provisions et les emportèrent à l’intérieur des murailles de la ville. Ce fut ce moment que l'émir de Cordoue choisit pour chargé avec sa cavalerie et en finir avec les troupes adverses. Ayant perdu la majorité de ses hommes, il ne resta plus comme solution à Alphonse I la fuite, il se réfugia à Saragosse sa capitale. 20 jours plus tard, très vraisemblablement affaibli par la honte de sa défaite et des suites de ses nombreuses blessures reçues, Alphonse roi d'Aragon mourrait.

Wikimazigh

Cet article fait partie de la page consacré aux : Batailles des Almoravides
Cet article fait partie de la page consacré aux : Almoravides
Categories: Moyen-Âge