Attraction en tamazight

L’attraction constitue l’un des aspects grammaticaux les plus particuliers à la langue amazighe. Il s’agit d’un mécanisme qui est à la base même de la construction de la phrase en Tamazight.

Ex : zrîgh-t ( je l’ai vu ),

à la forme négative de cette phrase, le pronom « t » viendra s’annexer à la particule négative « ur », ce qui donnera :

ur-t zrîgh. ( je ne l’ai pas vu ).

La particule négative « ur » n’est pas la seule à avoir ce pouvoir d’attraction, il existe d’autres termes ayant ce pouvoir ( termes attractifs ).

De même, les termes susceptibles de subir ce pouvoir d’attraction sont nombreux ( termes attirés ).

Termes attractifs :

1- les particules négatives : « ur » et ses composés ( « urjju », « ursar », « urta » ). Ex : izrât ( il l’a vu ) --> Ur-t izrî ( il ne l’a pas vu ), urjju-t izrî ( il ne l’a jamais vu ), urta-t izrî ( il ne l’a pas encore vu).

2- les particules interrogatives : « is », « mad », « ma » et ses composés ( « mas », « maf », « mamu », « manis », « manigh », « manik », manchek », « managu » ). Ex : inna yad kra ( il a déjà dit quelque chose ) --> Is-yad inna kra ? ( a-t-il déjà dit quelque chose ? ), mamu-yad inna kra ? ( à qui il a déjà dit quelque chose ? )

3- Les particules relatives : « a », « anna », « lli » et leurs composés « aynna », aylli », « ghaynna », « ghaylli », « ghwanna », ghwalli », « wanna », walli », ainsi que leur forme pluriel et féminine.

4- Les particules des verbes ( subjonctif, futur et forme d’habitude ) : subjonctif : « ad », « a », « af-ad », « af-a » futur : « rad », « ra » forme d’habitude : “ar”.

5- Les particules conjonctives : « igh », « lligh », « aylligh », « arkigh », « negh », « mqar », « mladd-is », « mtadd-is », “ma3ladd-is”.

Termes attirés :

1- les pronoms régimes des verbes ( directes et indirectes ).

2- les particules d’orientation ( « d » et « nn » )

3- les prépositions suivies des affixes telles que « gh », « s », « f », « dar » …

4- certains adverbes comme :

« bahra » ( beaucoup, très )

« dah » ou dagh » ( également )

« sul » ( encore )

« ukan » ( alors, seulement )

« ka », « helli » ( seulement )

« yad », ( déjà )

« yadelli » ( jadis, autrefois )

« za » ( donc )

« akkw » ( même, entièrement )

« ghi » et « ghi-d » ( ici )

« ghi-nn » ( là-bas )

Quelques exemples en vrac :

Ur iyi yut ( il ne m’a pas frappé )

ad-iyi ur yut ( qu’il ne me frappe pas )

Mladd-is idda ( s’il était parti ) 

Mladd-is-ka idda ( si seulement il était parti )

Isres afus nnes f teghrott n babas ( il a posé sa main sur l’épaule de son papa ) 

ma-f isres afus nnes ? ( sur quoi a-t-il posé sa main ? )

Izzenza-t ( il l’a vendu )  mamu-t izzenza ? ( à qui l’a-t-il vendu ? )

maf-t izzenza ? ( pour quoi l’a-t-il vendu ? litt. : Sur quoi l’a-t-il vendu ? )

Inna yas-t ( il le lui a dit )  ur-as-t inni ( il ne le lui a pas dit )

Ur-d yurri ( il n’est pas revenu )  ur-ta-d yurri ( il n’est pas encore revenu )

Fkigh-ten ( je les ai donnés )  ur-ta-ten fkigh ( je ne les ai pas encore donnés )

Categories: Linguistique