Atta (Aït)

Aït Atta sont une grande tribu amazighe, appartenant à la confédération Aït Atta — comme les Aït Hdiddou, qui appartiennent à la confédération des Aït Yafelman — actuellement répartie sur trois provinces du Maroc central : Azilal, Ouarzazate et Errachidia.

Depuis des millénaires, les Aït Atta habitent le centre sud et le sud-est du Haut-Atlas marocain. Leur langue est le Tamazight, et non le Tachelhit.

Dans son œuvre « Les Ait Aha du Sahara et la pacification du Haut Drâa », G. Spillman mentionne l'existence de cinq tribus (Khems Khmas) : Ait Ouallal, Ait Ouahlim, Ait Isfoul, Ait Iazza et Ait Ounbgi. Selon cet auteur, ces tribus se subdivisent en sous-tribus appelées fractions, qui à leur tour donnent des petites fractions nommées « ighess » en tamazight, ce qui signifie « l'os ». Ighess est donc l'élément de base qui constitue l’ossature de la tribu, et par conséquent, celle de la confédération. Cette structure socio-politique fonctionne de manière quasi démocratique.

Origines

Les traditions d'origine de d’ait Atta, aussi bien que qu‘on connaît de leur histoire, ont d'importance pour une compréhension de leur identité. Le personnage clé des ait atta est Dadda ' Atta’ ou le Grand-père ' Atta’, que tous les Attaouis considère comme leur ancêtre commun et qu'ils soutiennent comme un parangon des vertus viriles, bien qu'aucun d'eux n'a vraiment de traces des liaisons généalogiques réelles. Il n'y a cependant, aucun doute qu'il était une véritable figure historique, le tombeau de DADA ATTA se trouve à Taqqat n-lliktawen, à 25 kilomètres au nord de Tagunit dans la Vallée Supérieure Draa province de Zagoura.

Dada atta avait été tué dans une bataille contre les Arabes à une période non datée avec exactitude, mais la tradition le joint aussi à deux saints importants, Mulay'Abdallah ben Hsain, qui est mort entre 1566 et 1592, avait croisé dada Atta, quand il avait visité la Zaouia Amghariyin à Tamsluht, 20 kilomètres au sud-ouest de Marrakech, mais aussi Sidi Ahansal, le fondateur de la Zaouia Ahansal dans le Haut- Atlas avait rencontré dada Atta, probablement à la fin du quatorzième siècle.

Les Ait Atta ont été remarqués par leur courage et leur resistance à la colonisation notamment au cours de la Bataille de Sahgro. Ils ont su gardé leur langue, coutumes et traditions malgré une arabisation et une occidentalisation de plus en plus pressante.

Categories: Tribus