Armement Antique

L’équipement militaire des auxiliaires africains dans l’armée romaine

La réputation et l’efficacité des guerriers africains (ndlr:dans la suite le terme 'africain' sera toujours équivalent à 'amazigh') n’est plus à démontrer. Les auteurs anciens multiplient les passages où ces soldats occupent une place déterminante dans les armées romaines. Il n’est pas toujours évident pour l’historien d’en déterminer l’évolution au cours des siècles. Les sources disponibles s’étalent dans le temps et dans l’espace ce qui ne fait qu’accroître les incertitudes. Quelles sont les différences entre des soldats Numides et des soldats Maures, entre un cavalier Garamante ou un cavalier Gétules|Gétule]] ? L’équipement du cavalier Gétule est-il le même à travers les siècles ? Les auteurs anciens ne nous facilitent pas toujours la tâche. Ils nomment parfois de manière confuse les noms de certains peuples qui leur sont étrangers. En dépit de ces difficultés les documents narratifs, iconographiques et archéologiques permettent d’avoir une idée assez précise de l’armement des soldats africains.

Avec la romanisation, de nombreux africains obtiennent la citoyenneté romaine et combattent dans les légions romaines notamment dans la III légion Auguste pour défendre le limes africains. Ceux qui s’engagent comme auxiliaire comme les Gétules]] (cohors I Gaetulorum), les Musulames (cohors I Flavia Musulmamiorum equitata), les Numides (cohors I Numidarum) et les Afri (ala Afrorum veterana) sont équipés le plus souvent d’un petit bouclier rond et de javelines. L’armement a certainement été différent selon les régions et les époques mais le combattant berbère reste avant tout un soldat équipé légèrement. Certains ont occupé les plus hautes fonctions de l’Empire, comme le général Maure Lusisus Quietus sous le règne de l’empereur Trajan.

Article de Cédric Chadburn

Bibliographie


  1. Les Berbères, mémoire et identité, Gabriel Camps, édition Errance.
  2. Les auxilia externa africains des armées romaines de Christine Hamdoune, Université Paul-Valéry-Montpellier.
  3. Rome en Afrique de Christophe Hugoniot, édition Flammarion.
  4. Les auxiliaires des légions de Jules César durant la guerre des Gaules, Mémoire de Maîtrise de Jérôme Marty.
  5. Sites et monuments antiques de l’Algérie, Jean-Marie Blas de Roblès et Claude Sintes, édition EDISUD Archéologies.
  6. Dossier archéologique n°286 septembre 2003, Algérie Antique de l’époque numide à la conquête vandale.
  7. Le Cheval dans l'antiquité gréco-romaine de Paul VIGNERON Annales de l'Est, mémoire n°35 contribution à l'histoire des techniques Nancy 1968.