Amazighs dans l'armée romaine

L’armée romaine, composée de légions de fantassins recrutés selon des normes civiques, a également utilisé, dès les guerres puniques, des troupes d’appoint, parfois spécialisées, les auxilia externa, parmi lesquelles figurent des cavaliers et plus rarement des fantassins africains, numides puis maures, soldats très mobiles, dotés d’armes légères.

Les témoignages des auteurs romains, complétés par des documents iconographiques et épigraphiques, permettent de dégager les différents statuts de ces contingents exceptionnels, en fonction du contexte dans lequel ils sont recrutés : transfuges, alliés ou levées autoritaires. L’étude chronologique montre une intégration progressive de certaines troupes dans des corps permanents sous l’Empire.

Pendant toute la période considérée, la participation des auxilia externa africains est numériquement faible. Mais tous les documents mettent en valeur la spécificité de méthodes de combat qui reposent sur le harcèlement de l’ennemi par des grêles de javelots et l’efficacité des charges violentes et répétées des cavaliers. Particulièrement aptes à remplir des missions de reconnaissance et à réussir des manœuvres d’encerclement, ces soldats constituent des corps spécialisés et des troupes d’élite.

Les auxilia externa africains des armées romaines, IIIe siècle av. J.-C.-IVe siècle apr. J.-C. , Montpellier : Publications de l’Université Paul Valéry, 1999, 280 p.

Article de Christine Hamdoune

Categories: Rapports avec Rome