Alarcos

La bataille d'Alarcos (1195) opposa les Almohades menés par Yacoub Al-Mansour aux troupes castillanes emmenés par le roi Alphonse VIII.

La bataille d'Alarcos est une grande victoire militaire des troupes Almohades du calife Yacoub, qui après cette victoire portera le titre de Al-Mansour sur les troupes castillanes du roi Alphonse VIII. La bataille eu lieu au village d'Alarcos près de la ville espagnole de Ciudad Real. Le royaume de Castille (principal moteur de la reconquête chrétienne) défait dans cette bataille dut signer un traité de paix de 10 ans avec les Almohades.

La Bataille


Le 19 de juillet 1195, Alphonse VIII s'était mis en marche en direction des régions du sud tenus par les Almohades dans l'idée de profiter de l'absence de Yacoub Al-Mansour qui avait embarqué pour le maroc. Mis au courant de la situation dans laquelle se trouvaient ses terres, et de l’avancer du roi de Castille, le Calife retourna rapidement en Andalousie et se porta à la rencontre du Castillan qu'il allait affronter à Alarcos.

Le combat proprement dit se déroula de la façon suivante, sommes toute classique de part et d'autres : les Castillans disposaient de deux régiments de cavalerie, en première ligne se trouvait la cavalerie lourde sous les ordre de Don Diego López de Haro et ses propres troupes, le suivait la seconde ligne dans laquelle se trouvait le roi de Castille en personne accompagné de ses chevaliers. Du coté des troupes Almohades, l'avant-garde était constitué par les milices de volontaires‚ Ghozz et archers, qui était en fait des unités de bases Almohades particulièrement efficaces et mobiles dans les manœuvres. En arrière, se tenaient Abu Yahya et les Hintata, la troupe d'élite Almohades. Sur les flancs, sa cavalerie légère équipé d'arcs, et comme arrière garde se trouvait Yacoub Al-Mansour en personne entouré de sa garde personnelles.

La première charge, celle des Castillans ne se fit pas attendre, et comme redouté tomba sur le centre mobile de l'avant-garde qui malgré les pertes essuyé face à la lourde cavalerie Castillane ne tarda pas à se regroupé‚ fermant ainsi la sortie à la cavalerie Castillane. Faisant donné‚ sa cavalerie légères, les Almohades tournèrent les troupes castillanes par les flancs, et les attaquèrent par l'arrière faisant usage de leurs arcs avec des manœuvres harcèlements dans lequel le piège où se trouvait la lourde cavalerie castillane s'était refermé.

Les chevaliers se retrouvèrent vite aux prises avec les troupes de Abu Yahya et son élite Hintata, mieux équipé. Même si Abu Yahya mourut dans le feu de l'action, l'armée Almohades ne céda pas et continua la bataille. Le sort de la bataille en elle même était déjà scellé, les chevaliers castillans n'étaient pas préparé à ce genre de tactique nouvelle, il ne leurs resta plus qu'une seule chose à faire dans ces cas là : fuir, défait et humiliés Diego López de Haro fut pris dans les murailles du château d'Alarcos avec sa troupe de 5000 hommes qui finirent par se rendre, ils seront plus tard libérés en échange de quelques otages. La conséquence de la défaite d'Alarcos pour les castillans fut que les Almohades s'emparèrent des terres anciennement sous tutelle de l'ordre de Calatrava et arrivèrent aux porte de Tolède, où s'étaient réfugiés les combattants castillans qui avaient survécue au désastre. Plus tard, le roi de Castille fit peser tout le poids de la défaite sanglante sur le roi de Navarre Sancho VII el Fuerte, l'accusant de ne pas lui avoir à temps porter assistance, alors. Ce désaccord et cette dispute causa du ressentiment et une brouille tenace entre les deux royaumes Chrétiens, les affaiblissants un peu plus tant et si bien que la querelle dura plus de 17 ans et permis aux Almohades de jouir d'une longue période de tranquillité. Cette victoire à Alarcos permit à l'empire Almohades de consolider ses positions dans Al-Andalous et d'émerger comme une nouvelle puissance en Afrique du nord et au sud de la péninsule Ibérique jusqu'en 1212. La victoire d'Alarcos est considérée comme le dernier grand exploit militaire musulman en Espagne.

Wikimazigh

Voir aussi:


Categories: Moyen-Âge