Al-Muizz Ibn Badis

Al-Muizz ou al moëzz, quatrième émir de la dynastie amazigh des Zirides. Né à une date inconnu, mort en 1062.

Al-Muizz monté sur le trône alors qu'il n'était encore qu'un mineur après la mort de son père Badis ibn Mansur (995-1016), avec sa tante, agissant en qualité de régent. En 1016 éclata une révolte sanglante au cours duquel la résidence Fatimde d'Ifriqiya fatimide al-Mansuriya avait été complètement détruite et où 20.000 chiites ont été massacrés. Les troubles forcèrent l'émir zirid à conclure un cessez-le-feu dans le conflit qui l'opposait aux Hammadides d'Algérie, et leur indépendance est finalement reconnue en 1018.

Al-Muizz pris le reines du gouvernement en 1022 après le renversement de sa tante. La relation avec les Fatimides se tendis, quand en 1027 il soutirent la révolte des Zénètes de Tripolitaine qui entraina la perte de contrôle de la région. Son fils Abdallah contrôla durant quelques temps la Sicile en 1038-1040, après son intervention à la tête d'une armée qui intervint dans la guerre civile qui avait éclaté dans l'île.

Malgré les turbulences politiques, le bien-être économique général, d'abord rendu possible un vaste programme de construction. Toutefois, le royaume se trouva dans la crise économique en 1040, qui se traduisit par la dévaluation de la monnaie, les épidémies et la famine. Cela pouvait être liée au niveau élevé du tribut que les Zirides étaient obligés de payer annuellement aux Fatimides (un million de dinars or par an).

Quand al-Muizz, sous l'influence des juristes sunnites à Kairouan, reconnu les Abbassides de Bagdad comme légitimes califes en 1045, la rupture avec les Fatimides était complète. Les Fatimides expulsèrent les tribus bédouines des Banu Hilal et Banu Sulaym de l'Egypte vers l'Ifriqiya. L'invasion de cette population arabe bédouine (1051-1052) conduisirent au pillage et à la ruine après la défaite Ziride à Jabal Haydaran, surtout l'agriculture dans Ifriqiya. La conquête de Kairouan en 1057 avait entrainé une nouvelle anarchie. Les Zirides perdirent le contrôle de l'arrière-pays et n'ont pu conserver que les zones côtières, la capitale est transféré à Mahdia. Avec la croissance des émirats Bédouins et la persistance de l'insécurité intérieure, l'économie de l'Ifriqiya se tourna de plus en plus vers la Méditerranée, avec pour résultat un agrandissement des villes côtières, et l'importance que jouèrent le commerce maritime et la piraterie.

Tamim ibn Muizz succèda à son père en 1062

Wikimazigh

Précédé paral-Muizz ibn BadisSuivi par
Badis ibn MansurEmir 1016-1062Tamim ibn al-Muizz

Voir aussi: