Ait Ben Haddou

Introduction

Butte de terre ocre et rose, oasis verdoyantes, architecture imposante et authenticité amazighe. C’est ce que le non averti est invité à contempler lorsqu’ il se rend à Ait Ben Haddou, un ksar très célèbre situé à 30 km au nord-ouest de Ouarzazate. Le site touristique dégage tellement de charme qu’il a été, avec la kasbah de Taourirte, classé patrimoine mondial de l’Unesco.

Histoire

Les Almoravides, qui entreprennent la conquête du pays par le Sud arrivent dans la vallée du Draa au XI ème siècle. Un général nommé Ben Haddou s’installe dans la localité qui prend son nom. Les épopées des Ben Haddou et des Glaouas se croisent lorsque ces derniers commencent à étendre leur pouvoir au cours de la deuxième moitié du XIXème. Mariages et extension des propriétés foncières permettent aux maîtres de la cité de construire les superbes casbahs pour certaines encore visibles aujourd'hui.

L'ancien ksar, tout comme la Casbah Taourirt de Ouarzazate, était encore habité aux lendemains de l'indépendance, en 1956. Il sera progressivement abandonné par les habitants qui préfèrent construire un nouveau village de l'autre côté de l'Assif Marghen. C'est sur ce nouveau site que se sont développés les restaurants et les hôtels qui ont fleuri avec l'épanouissement du tourisme dans la région. En effet, à partir des années 1960, le ksar d'Ait Ben Haddou acquiert une renommée internationale et attire de nombreux visiteurs venus admirer la cité de terre qui semble jaillir de la colline ocre et rose.

Ait Ben Haddou de nos jours

Depuis la cité nouvelle, la vue d'ensemble est magnifique : l'Assif Arghen bordé de palmiers et de plantations, et sur les contreforts, les tours, les maisons et les remparts décorés du Ksar. Des maisons non entretenues et désertées s'abîment vite en ces terres balayées par le vent et les tempêtes de sable. C'est, d’ ailleurs, pour parer à l'effondrement de ce chef d'œuvre d'architecture présaharienne que le ksar est inscrit par l'UNESCO sur la Liste du Patrimoine mondial.

Aït Benhaddou, avec ses hauts murs, ses tours, ses terrasses est l’un des ksour les mieux conservés. Il s’agit de l’un des plus beaux ksars du Maroc et attire même de grands cinéastes étrangers. Séduits, les réalisateurs de « Lawrence d’ Arabie », « Jésus de Nazareth », « Les diamants du Nil » ou encore du « Gladiator » y ont plantés leur décor. Entre Marrakech et Ouarzazate, ce village fortifié est accroché à la montagne.

Une dizaine de familles vivent encore dans les kasbahs en terre, les autres ont préféré s’installer dans des maisons plus modernes sur l’autre rive de l’oued. Le retour de ces familles désormais citadines est fondamental pour revaloriser et rénover le site.