From Wikimazigh

Encyclo: Ahl Àzzi

Les Ahl Àzzi sont des Mrabtines qui se disent originaires du Tafilalet. Ils se situent actuellement au Touat, au Tidikelt et en Ahaggar (depuis la fin du XIXème siècle seulement). L’histoire orale raconte que leur ancêtre et fondateur Sidi Embarek el Àmbri était contemporain de Mohammed bel Hanifia, fils de Ali ben Abou Taleb, cousin germain du Prophète. Sidi Mohammed bel Hanifia aurait dit à Sidi Embarek el Àmbri : « celui qui te chérira, Dieu le chérira, celui qui t’humiliera, Dieu l’humiliera » . El Àmbri quitta le Tafilalt avec les siens pour venir s’installer à Àzzi près de Fenourin dans le Touat. Deux des petits-fils de Àmbri : Cheikh Abderrahmane bel Hadj Mohammed et son frère Si Belqacem, s’arrêtèrent à Tit (T'it) (du Tidikelt) qui n’était à l’époque qu’une source comme son nom l’indique, au retour d’un pèlerinage de la Mecque, et y fondèrent une communauté avec des Ksours (Voinot 1909, p. 53).

Les descendants de Si Belqacem allèrent ensuite s’installer à In Salah et fondèrent le quartier appelé Ksar el-Mrabtines où l’on voit encore la Koubba des 70 saints.

Il semble que les Ahl Àzzi de Tit aient formé une société endogame car ils sont considérés jusqu’à présent comme les plus purs et sont demeurés lontemps berbérophones. Leur assimilation dans la zone touarègue a été facile grâce à ce trait linguistique. On distingue les Titti (Ahl Àzzi de Tit) des Ahl Àzzi d’In Salah, appelés communément par les Imuhagh Kel-ghezzi (sing. Ughazzi).

A la fin du XIXème siècle les Ahl Àzzi pauvres du Tidikelt ont répondu aux appels des Kel-Ahaggar en venant mettre en culture les berges des rivières grâce au système de drains par gravité qu’ils connaissaient déjà. Ils sont arrivés à acquérir un statut souvent plus favorable que les Harratines (H'arrat'in) en tant que cultivateurs, et bénéficient d’un échange coutumier entre eux et les Imuhagh. Ces derniers leur offrent du beurre frais, l’échine des chèvres (isedjbas) sacrifiées en offrandes propitiatoires et les reins. En revanche quand un Amahagh est l’hôte d’un Ahl Àzzi il doit être honoré d’un plat de couscous et de dattes.

Au plan anthropobiologique, les Ahl Àzzi, comme la plupart des Mrabtines sont morphologiquement proches de tous les Arabo-berbères du Sahara septentrional; leurs marqueurs génétiques n’ont été étudiés qu’au Tidikelt et à Idelès (Ahaggar) ; leurs fréquences dans presque tous les systèmes polymorphes confèrent à ces deux échantillons de Mrabtines, comme à de nombreuses tribus sahariennes, une position génétique intermédiaire entre européens et noirs africains. Cependant les Ahl Àzzi du Tidikeit apparaissent nettement plus négroïdes que ceux d’Idelès. D’une part le métissage à in Salah avec les anciens esclaves noirs, d’autre part le fait qu’à Idelès prédominent nettement les gènes des fondateurs issus de Tit, permettent d’expliquer cette différence.

En fait, les Ahl Àzzi, « gens » de Àzzi, berbères zénètes du Sahara central, ont été baptisés du nom du lieu dans lequel ils ont formé un clan qui a essaimé dans le Tidikelt. Ils se sont bâti, comme beaucoup d'amazighs (Berbères), une légende et une filiation arabe et islamique pour maintenir leur identité régionale et acquérir une notoriété sous l’égide de l’Islam. Ils font partie des groupes d'amazighs (Berbères) sahariens qui formèrent les Almoravides, d’où leur nom générique de Mrabtines (Al-Murabit'un).

Articel de M. Gast paru dans l'Encyclopédie Berbère, Livre III

BIBLIOGRAPHIE


Cette article fait partie de la page consacré aux : Almoravide
Récupéré sur http://www.wikimazigh.com/wiki/Encyclopedie-Amazighe/Encyclo/Ahl%c0zzi
Page mise à jour le 06 juin 2008 à 17h24