Agueldaman

Agueldaman (Ageldaman), pic isolé qui barre la vallée de la Soumam dans la région d'Akbou (wilaya de Bejaïa, Algérie) dont le nom agellid aman signifie « maître (roi) des eaux ». C'est l'un des rares cas dans lequel le terme agellid entre en composition dans un toponyme alors qu'il est assez fréquent en onomastique.


Adrar Agueldaman (photo H. Camps-Fabrer)

Ce petit massif est aussi connu par un gisement préhistorique d'âge néolithique qui occupe une grotte ouverte sur son flanc. Fouillé en 1925 suivant les méthodes de l'époque, ce gisement se révéla particulièrement riche en outils en os, au point que les fouilleurs avaient cru reconnaître une industrie essen¬tiellement osseuse. En fait, il s'agit d'un néolithique tout à fait classique renfermant outre l'industrie en os très riche (lissoirs, poinçons, pointes de sa¬gaie, etc.) des tessons de poterie décorée par impression, des haches polies, des pierres à rainure, des outils de silex et des objets de parure de matières diverses.

BIBLIOGRAPHIE

  • BEAUMAIS A. DE et ROYER P. Fouilles de l'Adrar Gueldaman. Bull. de la Soc. préhist.franç., t. XXIII, 1926, p. 223-238.
  • CAMPS-FABRER H., Matière et Art mobilier dans la Préhistoire nord-africaine et saha¬rienne. Paris, A.M.G., 1966, p. 39, 159,518.
  • CHAKER S. Textes en Linguistique berbère (introduction au domaine berbère) C.N.R.S., Paris, 1984.

Source initiale: Encyclopédie Berbère, Livre II

H. CAMPS-FABRER