Afus (Motif décoratif)

Le terme afus est donné en Grande Kabylie à un type bien précis de pende­loques accrochées, parmi d'autres, à différentes sortes de colliers (Camps-­Fabrer, 1970, fig. 83 a et b, 138, 139, 142, 170). Une plaque d'argent découpée initialement en forme de main stylisée porte un ou deux cabochons de corail à sertissure ronde qui occupent toute la partie supérieure correspondant à la paume.

L'intérieur des doigts seul est émaillé. L'auriculaire et le pouce, très réduits, sont disposés systématiquement de part et d'autre des trois autres doigts. Cette pendeloque peut aussi être entière­ment décorée d'émaux filigranés et dépourvue de corail. La stylisation conduit quelquefois à ne conserver que trois doigts. Il est fréquent de voir aujourd'hui des mains obtenues par moulage et empruntées à d'autres régions d'Algérie utilisées dans les colliers en Grande Kabylie.

Afus. Pendeloques de la bijouterie kabyle (dessin Y.Assié)

La signification symbolique de la main destinée à écarter le mauvais oeil se retrouve en effet dans tout le Nord de l'Afrique sous des formes très diverses et réalisées selon les techniques propres à chaque région. Mais le terme Afus n'est employé ni dans l'Aurès, ni au M'zab, ni au Maroc ou en Tunisie où prévaut l'apellation arabe de khamsa.

Afus désigne aussi dans la description de l'Akufi en Grande Kabylie, cette grande jarre à provisions en argile crue, les deux parties proéminentes de la panse qui font office d'anses. L'akufi est personnifié et à chaque partie est attribué le nom correspondant du corps humain (Roubet, 1965, p. 302, fig. 8).

H. CAMPS-FABRER

Source Initiale: Encyclopédie Berbère, Livre II