Aezari

Mentionnés par Ptolémée (IV, 5, 12, éd. C. Müller, p. 693) dans un ordre tel qu'on peut les fixer dans le sud-est de la Marmarique, à l'orient des Oibil­lae.

La Marmarique, d'après Ptolémée (IV, 5, 2 et 3, p. 677), s'étend le long de la mer jusqu'aux abords de la Grande Descente (Καταβαθμός Μέγαζ), c'est-à-dire le fond du golfe de Soloum (St. Gsell, Hérodote, Alger, 1915, p. 120), en englobant le port de Petras Megas (Bardia ?). A l'intérieur des terres, Ptolémée (IV, 5, 12, p. 693) considère la région d'Ammon (abords de Siwa) comme située en Libye, c'est-à-dire à l'est de la Marmarique.

Il est tentant de rapprocher le nom des Aezari de celui du mont Azar (Pto­lémée, IV, 5, 10, p. 690), qui s'étend sur une longueur d'un degré et demi au sud-ouest des montagnes de Libye. Mais la région de Djaraboub, à l'ouest de Siwa, où l'on pourrait localiser les Aezari, est plate.

Faut-il avec Vivien de Saint-Martin (Le Nord de l'Afrique dans l'Antiquité grecque et ro­maine, Paris, 1863, p. 463) chercher dès lors les Aezari et le mont Azar beau­coup plus à l'ouest, sur les pistes qui, d'Aoudjila, mènent au Fezzan ? On ne peut l'exclure car Ptolémée (IV, 5, 12, p. 692) a placé, de façon erronée, les Augilae (habitants d'Aoudjila) en Marmarique, avec des coordonnées qui si­tuent leurs oasis au nord-est du mont Azar.

Article de J. Desanges paru dans l'Encyclopédie Berbère, Livre II

BIBLIOGRAPHIE


  • Art. Azar, dans P.W., R.E., II, 2 (Pietschmann, 1896), col. 2641.
Categories: Tribus Antiques