Abu Yaqub Yusuf An-Nasr

Abou-Yakoub-Youssef an-Nasr (qui a le soutien de Dieu) Abou-Malek, étant mort avant son père Abou Youssef Yakoub, ce fut Abou-Yakoub-Yousef qui lui succéda sous le nom d'En-Naser-li-din-Allah en 1286. Il est né à une date inconnue, il est mort en 1307.

Ayant d'abord renouvelé les traités que son père avait passés avec le roi de Castille, il consacra la première année de son règne à combattre les révoltes qui s'étaient produites dans le Draa et la province de Marrakech. Abou-Yakoub-Youssef an-Nasr dut faire face à de nombreuses révoltes qui montrent que l'état Mérinide était encore fragile. Ayant confié à l'un de ses frères une troupe pour mater une rébellion, celui-ci au lieu de le combattre, s'allia au rebelle pour renverser le sultan. En 1288, il reçut à Fès une ambassade du roi de Grenade, auquel il rendit la ville de Cadix qui était demeurée entre les mains des Mérinides. Ce fut au tour d'un autre parent de se révolté, un des fils Abou-Amer (1288). Quatre années plus tard c'est la tribu des Benî Wattas qui se révolte. Le fils rebelle qui s'était réfugié à Tlemcen réitèra vainement sa tentative. Il n'en fallait pas tant pour provoquer une nouvelle rupture avec les Abdelwadides et, dès le commencement de mai 1290, la lutte recommenca. Abou-Yakoub sorti de Fès, à la tête d'une armée importante où se trouvaient des milices chrétiennes et kurdes; mais, après un siège de quarante jours, il quitta Tlemcen, pour revenir les années suivantes opérer contre Oudjda.


La mosquée Al Kabir de Oujda, édifié en 1298

Entre temps les affaires d'Espagne était une autre source de troubles, il n'intervenait que contraint par les évènements. En 1291, Don Sancho de Castille rompit le traité de paix signé en 1285. Le castillan s'allia aux Nasrides de Grenade contre les Mérinides. Le sultan mérinide réagit à la prise de Malaga qui lui appartenait par le Nasrides, un premier corps de troupes, sous le commandement du général Ibn-Irgacène, fut d’abord envoyé dans la péninsule ; puis, au commencement de l’été 1290, le sultan se porta en personne à Ksar-Masmouda pour diriger le départ des renforts et les suivre. Mais Don Sancho avait obtenu du nouveau roi d’Aragon, Jaime II, un secours de onze galères qui bloquaient le détroit, et ce ne fut qu’à la fin de septembre qu’Abou-Yakoub Youssef trouva l’occasion de passer en Espagne. Il prit aussitôt la direction des opérations, sans pouvoir obtenir de succès dans le cours de cette campagne contrariée par le froid et le mauvais temps. Rentré à Algésiras, il repassa la mer, à la fin du mois de décembre. A peine était-il parti que le roi Don Sancho se présenta devant Tarifa, une place importante, véritable clé du détroit, ville qui appartenait aux Mérinides et il l'assiégea pendant quatre mois. La ville capitula en septembre 1291. Don Sancho garda la place malgré son accord avec Mohammed al-Faqîh le Nasrides, il lui donna comme compensation quelques forteresses d’une importance secondaire. Mohammed al-Faqîh menait un jeu de bascule entre ses deux ennemis potentiels, les mérinides et les castillans. Il renversa ses alliances et se mit du côté des Mérinides contre les Castillans après l'incident de Tarifa. Abou-Yakoub-Youssef lassé des revirements de Mohammed al-Faqîh l'obliga à y mettre le prix. Comme prix de cette alliance, Abou-Yakoub-Youssef reçut un des quatre exemplaires du Coran que le calife Uthman avait fait rédiger et que les Omeyyades avaient amené de Damas à Grenade. Abou-Yakoub-Youssef lui donna des troupes et des vaisseaux en le chargeant de reprendre Tarifa aux chrétiens. Mais ce fut un échec il durent lever le siège. Le sultan merinide, dut, pour récompenser Mohammed al-Faqîh, lui abandonner Algésiras, sa dernière possession. Peu de temps après, Sancho mourrait, laissant la couronne de Castille à son fils Ferdinand IV, âgé de neuf ans (25 avril 1295)

Le sultan revint aux affaires d'Afrique, il n'oubliait pas les Abdelwadides, en 1299, il commence l'investissement de la ville de Tlemcen. Ce fut là l'opération la plus mémorable dont les annales de l'Afrique septentrionale aient gardé le souvenir. Le camp des assiégeants s'était insensiblement transformé en une véritable ville qui reçut le nom d'El-Mansoura. Le siège dura, pendant ce temps un mérinide rival prenait Ceuta. Mais au moment où Tlemcen allait se rendre, quand la population affamée et réduite à la dernière extrémité ouvrait presque les portes, Abou-Yakoub est assassiné par un eunuque pour une obscure affaire de harem (1307, et le siège est levé aussitôt.

Wikimazigh

Précédé parAbu Yaqub Yusuf An-NasrSuivi par
Abou Youssef YacoubDynastie MérinideAbou Thabit

Voir aussi: