Abu Inan Faris

Souverain Mérinide, le onzième de la dynastie, succéda en 1349 à Abu Al-Hassan, Il mourut étranglé par son vizir alors qu'il était agonisant le 27 novembre 1358. Il se rebella contre son père Abu Al-Hassan, alors que celui-ci luttait en Ifriqiya, après son échec devant Kairouan. Proclamé sultan à Tlemcen grâce à l'appui des Abdelwadides auquel il avait promis la restitution de la ville même, alors possession mérinide, Abû ‘Inan lutta contre son père qu’il vainquit en plusieurs rencontres dans les plaines du Chélif, à Sidjilmassa, sur l’Um er-Rebia et enfin chez les Hintata du Haut-AtlasAbu Al-Hassan se décida à abdiquer en sa faveur.

Il se fit proclamer « commandeur des croyants » (amir al-mûminin). Et il dut éliminer un de ses neveux qui avait pris le pouvoir à Fès. Après cela il refit ce qu'avait fait son père. Il acheva ou construisit des médersas à Fès (la madrasa Bou Inaniya porte son nom), à Meknès et Alger Il fut un prince fastueux comme ses prédécesseurs.

Il reprit Tlemcen, puis Bougie (1352) de Constantine et de Tunis cinq ans plus tard, mais la révolte des Arabes d’Ifriqiya le contraignit à abandonner ses conquêtes et l'état Mérinide allait s'affaiblissant. Avec son assassinat par son vizir Al-Fildûddi commence la longue décadence de la dynastie mérinide.

Wikimazigh

Précédé parAbu Inan FarisSuivi par
Abu al-HassanDynastie Mériniderègne des vizirs

Voir aussi: